Choisir un logiciel 3D adapté aux professionnels de l’industrie

Logiciel 3D

Les softs 3 D sont des outils essentiels à l’univers de certaines catégories d’industrie : animation, jeux, design industriel, architecture, impression 3D. Et pour cause ! Le 3d est la clé de la production numérique haut de gamme. Chaque professionnel industriel a intérêt à bien choisir son logiciel 3d afin d’accomplir haut la main ses tâches. En effet, due à la multiplicité de ces softs sur le marché et la différence des 3d systems de chacun, choisir un logiciel incompatible aux besoins de l’usager serait problématique. Ainsi, des paramètres sont à prendre en compte au moment où vous choisissez votre soft 3D.

Choisissez votre soft 3D en fonction de votre secteur d’activité.

Les tâches attribuées aux techniciens en 3D influencent les fonctionnalités des logiciels 3d dont ils ont besoins. Or, lesdites fonctionnalités diffèrent d’un soft 3D à un autre. D’où, il vous est indispensable de choisir votre matériel en fonction de votre secteur d’activité : animation, cartographie, architecture, mécanique, etc. 

Il s’agit de choisir entre les deux types de softs 3D. Le premier type permet la modélisation paramétrique. Elle consiste à promouvoir l’approche de conception technique et fonctionnelle. Cette catégorie est adaptée par exemple à l’ingénierie, à l’architecture, à la cartographie. La modélisation paramétrique sert durant le prototypage 3d. Il s’agit de la fabrication d’une pièce fonctionnelle, étape essentielle durant la conception d’un produit. Elle est sollicitée surtout par les ingénieurs et les designers. Certains logiciels 3d, comme celles proposées sur ce site, allègent considérablement les tâches : tests et observations en conditions réelles. 

La seconde catégorie de soft 3D performe dans la modélisation 3D directe. Cette approche est de loin plus créative que la première. L’usager jouit davantage de liberté durant la conception. La modélisation 3D directe est adéquate pour l’animation : effets spéciaux, cinéma d’animation, motion design, etc. Les professionnels d’industrie du cinéma d’animation et d’effets spéciaux travaillent généralement en groupe et effectuent ainsi leurs tâches respectives sur un même soft 3D. Il est donc commun que certaines industries exigent à tous ces employés et postulants de maîtriser un logiciel spécifique. En général, ce dernier servira à travailler les mouvements, à animer les personnages, à produire les effets de flux de particules et à optimiser la réalité virtuelle. Les motion designers doivent préférer les logiciels de modélisation intuitifs et comportant un maximum d’outils visuels.

L’offre de quel soft 3D vous convient-elle ?

Étudier l’offre des softs 3D est une étape importante lorsque vous choisissez votre outil 3D. Il vous renseigne au préalable sur ses fonctionnalités pour que vous sachiez à quoi vous attendre lors de son utilisation ultérieure. Elle vous permet ainsi de ne pas regretter votre choix après coup. 

Cette analyse consiste, en premier lieu, à déterminer si votre potentiel logiciel 3d est un logiciel spécialisé ou un logiciel généraliste. Le logiciel généraliste a pour avantage d’effectuer à lui seul plusieurs tâches et d’être capable de répondre aux besoins de diverses secteurs activités. Il pourrait éventuellement comporter des fonctionnalités paramétriques et organiques. Toutefois, ses fonctionnalités sont limitées, ce qui pourrait vous handicaper au moment d’effecteur des conceptions complexes. Pour sa part, le logiciel spécialisé répond de manière exhaustive aux besoins d’un secteur spécifique. Il est donc incompatible et inefficace pour les autres secteurs. Si votre choix se porte sur un logiciel spécialisé, vous devez impérativement vous assurer de sa compatibilité à votre travail. 

En outre, pour comparer vos potentiels softs 3D, renseignez vous sur la solidité et le support de votre éditeur de soft 3D. Payer une licence chez un éditeur vous octroie le droit de jouir d’un support et d’un S.A.V authentiques. Néanmoins, leurs qualités diffèrent d’un éditeur à un autre à l’instar de la qualité de formation. Par ailleurs, vous pouvez les évaluer par leur rapidité d’exécution, s’ils résolvent les bogues et s’ils proposent des solutions. 

Définir vos besoins : l’étape clés

Certains logiciels 3D ont des caractéristiques similaires ou proposent des fonctionnalités équivalentes. Il devient difficile de les départager. Pour y remédier, vous devez évaluer chaque soft 3D en lice par rapport à vos besoins en posant vous posant les bonnes questions : est-ce que la manipulation du logiciel de modélisation vous est familière ou vous met à l’aise ? Disposez-vous d’une période d’apprentissage suffisante pour maîtriser le logiciel ? Est-ce que le soft 3D est adapté à votre niveau d’apprentissage ? Sa qualité de production vous satisfait ? …

D’autres points vous permettent aussi de trouver le soft 3D qui vous convient le mode de payement de la licence et vos perspectives d’avenir. Comme vos dépenses en frais de licence, en formation et en matériels dépendent de votre choix, le budget est un paramètre important. Mais, bien évidemment, le principal critère reste l’efficacité du logiciel face au projet de modélisation de votre entreprise. Acquérir et maîtriser plusieurs logiciels 3D complémentaires restent l’idéal pour profiter de tout un arsenal de possibilités et éviter les mauvaises surprises.

Évaluer les fonctionnalités spécifiques du logiciel

D’abord, vous déterminez vos besoins en effectuant un bilan et vous en dressez alors une liste. Puis, vous estimez le niveau de complexité des conceptions dont vous êtes capable et les modalités de production auxquelles vous aspirez. Ces deux points vous indiquent le logiciel vers lequel vous pouvez vous diriger. 

Ensuite, vous devez prendre en compte de la finalité du modèle que vous désirez réaliser. À titre d’exemple, il faut considérer l’imprimante 3D à disposition et le matériau à utiliser en cas d’impression 3D. Une incompatibilité entre le logiciel de modélisation et l’imprimante 3D peut conduire à des complications futures pour le technicien. Pour éviter ce problème, il faut comprendre et différencier les méthodes de fabrication additive et choisir le soft comportant la méthode adaptée. Enfin, il serait judicieux d’opter pour un logiciel ayant une communauté active sur Internet. Vous pourrez demander des conseils et obtenir de l’aide si vous rencontrez des difficultés.

 

Industrie du futur : comment moderniser les moyens de production ?
Qu’est-ce qu’une usine connectée ?